Début août, l’Etablissement Public du Château de Versailles (EPV) a discrètement lancé un appel d’offre pour la rénovation de trois bâtiments au sein du château du Roi Soleil.

Il s’agirait de financer la rénovation de l’Hôtel du Grand Contrôle, l’Hôtel du Petit Contrôle et du Pavillon des premières cents marches , soit 2 800 m2 de bâtiments construits en 1680 et laissés à l’abandon depuis 2008 faute de subventions de l’état. En échange, le vainqueur de l’appel d’offre bénéficiera d’une autorisation pour « y exploiter  un hôtel à titre principal, 12 rue de l’Indépendance Américaine à Versailles » pendant une durée de cinquante ans. L’EPV précise qu’il « ne participera pas au financement des travaux de manière directe et indirecte et ne fournira aucune garantie ».

Selon le JDD, la rénovation à eux-seuls des toits et murs serait évaluée entre 4 et 7 millions d’euros. Un investissement similaire serait ensuite à prévoir pour transformer les bâtiments en hôtel haut de gamme.

Sur le site 20 minutes.fr, l’historien de l’art français Alexandre Gady soulève le débat: « Sous prétexte qu’il n’y aurait plus d’argent dans les caisses, l’Etat doit-il brader notre patrimoine commun ou le lâcher via des concessions à des opérateurs privés ? C’est d’autant plus inquiétant que les projets se ressemblent bien souvent : soit un hôtel de luxe, soit un restaurant gastronomique. Aujourd’hui, on confond trop souvent culture et tourisme. »

Le débat est donc lancé. Les candidats auront jusqu’au 14 septembre pour se manifester, pour l’instant le groupe AccorHotels se serait déjà porté candidat.

Crédit photo : © EPV / Thomas Garnier